#

Nom d’utilisator ou
adresse e-mail

Mot de passe

Annoncer
ProSpecieRara SuisseDEFRIT ProSpecieRara Deutschland
Qu’est-ce qu’un hybride – et quels sont les problèmes qu'il engendre ?
Que ce soit pour les plantes ou les animaux : La sélection hybride est basée sur l'effet dit d'hétérosis ou la vigueur hybride. Les hybrides sont créés par la fusion ciblée (= croisement) des lignées parentales sélectionnées, fortement différentes les unes des autres et possédant des propriétés spécifiques. Les caractéristiques positives des parents sont combinées par croisement dans la génération végétale ou animale résultante (F1 = 1ère génération filiale), de sorte que leur rendement est significativement plus élevé que le rendement des lignées parentales. Outre leur rendement accru, les hybrides se caractérisent également par leur uniformité. Les plantes d'un peuplement se distinguent à peine les unes des autres par leurs caractéristiques et leur apparence.

Exemple de la carotte : Les carottes sont des plantes allogames classiques (plantes à fécondation croisée). Ce sont les insectes qui transfèrent le pollen d'une plante sur les fleurs d’une autre plante. La graine qui résulte de cette fécondation contient un mélange génétique des deux plantes parentes. Cela étant, en sélection variétale, l'auto-insémination est induite artificiellement et de manière répétée. Sur plusieurs générations de plantes, où seules les plantes les mieux adaptées aux besoins sont sélectionnées, cela conduit à des lignées pures. Les organismes mixtes (ou hétérozygotes) deviennent des organismes purs (ou homozygotes). Par exemple, la lignée mère contient un croquant prononcé de carotte, la lignée paternelle a la forme cylindrique souhaitée et un orange parfait. Cependant, en conséquence de la consanguinité, il y a aussi ce qu'on appelle la dépression de consanguinité, ce qui signifie, par exemple, que le rendement n'est pas très élevé. Si on croise maintenant les deux lignes, la génération de descendants (F1) ne contiendra pas seulement les caractéristiques souhaitées des parents (caractère croquant  de la lignée maternelle; forme cylindrique et orange parfait de la lignée paternelle) mais il se crée également un effet d'hétérosis, qui augmente significativement le rendement. L'effet hétérosis est d'autant plus grand que les lignées parentales sont génétiquement différentes.

Toutefois, si on récolte des semences de cette génération F1 et qu'on les sème à nouveau, l'effet hétérosis s'estompe rapidement et on ne peut pas prévoir comment les caractéristiques des parents se distribuent dans la nouvelle génération. Le rendement de la descendance des hybrides est réduit et l'uniformité complètement perdue.

Exemples chez les animaux : dans le cas des porcs d'engraissement, très peu d'animaux appartiennent encore à une race reproductible ; dans le cas des poules pondeuses et des poulets d'engraissement, seuls des hybrides sont utilisés aujourd'hui. La procédure est similaire à celle des plantes. Ici aussi, des lignées consanguines ou des races très homogènes sont croisées afin d'obtenir des hybrides puissants. Si on permettait aux poulets d'engraissement de vivre assez longtemps pour atteindre une maturité sexuelle, ils pourraient engendrer des œufs fécondés qui pourraient éclore, mais la nouvelle génération de poulets (F2), telle que décrite ci-dessus pour les carottes, ne correspondrait pas vraiment aux animaux parents et n'atteindrait plus leur performance.

Avantages et inconvénients

Les avantages tels qu'un rendement élevé et l’uniformité ne peuvent être ignorés. Mais les variétés et les races hybrides ne peuvent jamais être reproduites fidèlement à la variété, de sorte que les nouvelles semences et les nouveaux poussins ou porcelets doivent toujours être achetés auprès de l'entreprise de sélection. Ce qui se déroule souvent dans notre agriculture hautement spécialisée, de toute façon, devient vraiment problématique pour le les agriculteurs des pays pauvres, menaçant même leur existence. Ce qui est particulièrement choquant dans cette dépendance, c'est que très peu d'entreprises possèdent les lignées consanguines et sont capables de produire les hybrides en conséquence et, en fin de compte, déterminent ce que nous mangeons. À la suite de la vague actuelle de fusions (Syngenta avec ChemChina, Dow Chemical avec DuPont et cette année probablement Monsanto avec Bayer), trois sociétés contrôlent 60 pour cent du marché mondial des semences. Dans le secteur avicole, sept entreprises fournissent des hybrides d'engraissement et de ponte pour le marché mondial. La situation des porcs n'est pas encore aussi effrayante, il existe encore en Suisse deux organisations d'élevage indépendantes qui élèvent leurs propres hybrides et les vendent aux engraisseurs.
La monopolisation entraîne également un appauvrissement génétique. Cela s'explique par le fait que des variétés et des races hybrides très similaires sont créées pour le marché mondial. Puisqu'ils ne peuvent pas être multipliées eux-mêmes, ils ne peuvent pas être adaptés aux conditions locales et aux conditions environnementales. Plus le pool génétique est étroit, plus il est difficile de réagir à de nouvelles maladies ou aux changements climatiques.

Les variétés hybrides comme patrimoine culturel ?
Et qu'en est-il des variétés hybrides que les entreprises retirent de leur assortiment ? La sélection hybride est pratiquée pour les plantes depuis les années 1920, tandis que la procédure s'est établie un peu plus tard pour les animaux. Les variétés hybrides pourraient également être inclues dans le patrimoine culturel et historique, puisque certaines d'entre elles sont présentes dans les champs et dans le commerce depuis plusieurs décennies. La variété de carotte Boéero F1 a par exemple façonné le succès de la commercialisation des carottes biologiques depuis les années 1990 jusqu'à nos jours. Si le sélectionneur retire cette variété de l'assortiment à un moment donné, les organisations de conservation telles que ProSpecieRara ne peuvent pas l'intégrer dans leur système de maintenance, parce que l'entreprise ne transmet généralement pas les lignées consanguines correspondantes. D'un autre côté, on peut se demander si les ressources nécessaires à l'entretien coûteux de ces lignées seraient disponibles. En conséquence, ces variétés sont perdues et ne sont plus disponibles pour d'autres cultures. Comme la Boléro F1, les variétés suivantes ont dominé la culture maraîchère en Suisse pendant un certain temps. Quelles que soient leurs caractéristiques ou leur origine, une lacune s'ouvrira dans l'histoire variétale si ces variétés ne sont plus préservées et proposées par l'obtenteur.
Actuellement, certaines variétés sont encore enregistrées dans l'UE :

Concombre 'Aramon F1'
Colraves 'Express Forcer F1','Quickstar F1'
Betteraves 'Red Ace F1', 'Red Ace F1
Tomates 'Lucy F1','Master F1','Tresor F1'
Chou blanc 'Stonehead F1'
Courgette 'Diamond F1'
Oignons 'Copra F1'
(Avec de cordiaux remerciements à Martin Koller, FiBL pour la recherche variétale)

Autres méthodes de sélection

La sélection hybride n'a assurément rien à voir avec le génie génétique. Par contre,il existe de nouvelles méthodes qui, selon les utilisateurs, n'auraient rien à voir avec le génie génétique et cherchent ainsi à contourner la législation actuelle sur le génie génétique. Cependant, l'alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique (SAG), à laquelle ProSpecieRara appartient également, adopte un point de vue différent et a lancé une plate-forme d'information à ce sujet en mars 2018 et une pétition en collaboration avec l'Association des petits et moyens paysans. Pour plus d'informations sur ces différentes procédures, veuillez consulter le site

Avril 2018, © ProSpecieRara