#

Nom d’utilisator ou
adresse e-mail

Mot de passe

Annoncer
ProSpecieRara SuisseDEFRIT ProSpecieRara Deutschland




Oui à l’Initiative pour les vaches à cornes
Les agriculteurs qui laissent leurs cornes aux vaches et aux chèvres doivent être récompensés. ProSpecieRara soutient cette approche et recommande de dire OUI à l'initiative «vache à corne» dans les urnes le 25 novembre prochain.
La plupart des races traditionnelles de bovins, de chèvres et parfois de moutons portent des cornes. Avec l'écornage, vous ôtez aux animaux plus que leur coiffe. Les cornes sont importantes pour le comportement social des animaux, par exemple dans les conflits pour la détermination de la hiérarchie. Sans l'amortissement fourni par la nature, on voit encore par ex. chez les chèvres encore et encore des fractures du crâne, parce que les animaux écornés se battent les uns avec les autres et seul le front du crâne doit absorber la force de l'impact au lieu de cornes flexibles. Les cornes sont également importantes pour le bien-être des animaux et leur hygiène personnelle.

Aucune interdiction d’écorner
Avec l’adoption de l’initiative, chaque agriculteur/-trice devra continuer à décider lui-même s’il souhaite écorner ou non. Mais celui ou celle qui n’écornera pas, sera récompensé financièrement. Cette récompense est destinée à couvrir l'effort supplémentaire que les animaux à cornes engendrent (plus de surface nécessaire à l’étable, relation homme-animal). Avec le franc pour les cornes, les races ProSpecieRara sont également promues, car la grande majorité des éleveurs de nos races n’écornent pas leurs animaux.

Quelques faits
  • La corne est un organe très perfusé qui se développe toute la vie. Il est relié au système digestif, important pour les soins du corps et sert à la communication entre les animaux.
  • L’écornage est une procédure douloureuse et importante. Encore pratiqué aujourd'hui dans les élevages de rente, ce type de mutilation chez les animaux de compagnie est depuis longtemps interdit.
  • Selon une étude de l'Université de Berne, 40% des veaux ont encore mal au bout de 3 mois après l'écornage.
  • L’étude montre également que les vaches à cornes établissent leur rang plus souvent en se contentant de menacer avec les cornes sans se battre. Les vaches écornées sont plus susceptibles d'infliger des collisions avec la tête, ce qui peut provoquer des contusions et des côtes cassées.
  • Les cornes peuvent comporter un risque de blessure. Mais avec une bonne planification de l’étable et une bonne relation avec les animaux, les risques peuvent être minimisé.
  • L’écornage n’est intervenu qu’avec l’industrialisation de l’agriculture.

Des informations complémentaires sont disponibles sur hornkuh.ch