Pourquoi envoyons-nous le magazine « rara » sous film plastique ?

C'est compliqué...

Le plastique jouit actuellement d'une réputation particulièrement mauvaise aux yeux du public. Les emballages en plastique qui nagent dans la mer et les animaux qui meurent parce qu'ils s'y étouffent sont des images qui nous secouent, à juste titre. ProSpecieRara ne veut pas non plus promouvoir le plastique. Mais le plastique est plus compliqué qu'il n'y paraît à première vue.?

Outre la consommation excessive de plastique, le principal problème de la pollution plastique mondiale est l'absence ou la mauvaise gestion des déchets dans de nombreux endroits. En Suisse, le film de polyéthylène (PE) utilisé pour les magazines d'expédition ne se retrouve pas dans la nature s'il est correctement éliminé par le destinataire, mais dans les déchets où il est incinéré sans substances dangereuses. Apparemment, c'est même une source d'énergie bienvenue pour les usines d'incinération des déchets, car sinon, il faudrait ajouter de l'huile pour activer l'incinération. Nous n'avons cependant pas pu vérifier cette affirmation nous-mêmes.?

Micro plastiques : Comment le plastique devient un problème
Le plastique devient un problème lorsqu'il n'est pas éliminé ou recyclé correctement. L'élimination incorrecte des déchets (mégots de cigarettes, déchets ménagers, films plastiques issus de l'agriculture, etc.) est l'une des sources de micro plastiques. Cela se produit, entre autres, lorsque le plastique se désagrège sous l'effet du vent, des intempéries et des rayons UV. S'il reste des déchets plastiques, ils se transformeront tôt ou tard en micro plastiques. Une quantité encore plus importante de micro plastiques est générée par l'abrasion des pneus de voiture et les peintures appliquées sur les routes. Il y a aussi ce qu'on appelle le micro plastique primaire : on le trouve dans les shampooings, les produits de soins capillaires, les dentifrices, les peelings ou les gels douche - ou comme fibres synthétiques dans les vêtements.

Écoutez à ce propos : RTS – Cosmétiques : micro plastiques, méga pollution !

Réglementation et écobilan
Lors du choix de l'envoi de notre magazine « rara », nous avons dû respecter la réglementation postale et vérifier les possibilités d'expédition. Jusqu'au début de l'année 2019, La Poste Suisse prescrivait les emballages pour les magazines (à l'exception des publications imprimées sur papier journal). Ce règlement est en train de s'effriter (voir ci-dessous). À cette période, ProSpecieRara avait la possibilité d'envoyer ses produits sous enveloppe papier comme alternative à l'emballage sous film. Étonnamment cependant, l’écobilan global des emballages sous film est légèrement meilleur que celui des enveloppes en papier (nos sources : Life cycle assessment of packaging variants for WWF magazine, office of environmental chemistry, Michael Pöll, avril 2002 et ici). La raison : Bien que le bois, matière première renouvelable, soit utilisé comme ressource dans les enveloppes, il consomme plus d'énergie dans le processus de production. De plus, l'enveloppe papier est plus lourde que le film plastique, ce qui génère plus de CO2 lors de l'expédition.

Pas de film plastique à base de matières premières renouvelables?
Un film d'emballage fabriqué à partir de matières premières renouvelables comme l'amidon de maïs ou de pomme de terre serait recyclable (mais très lentement !). Cependant, ProSpecieRara a rejeté cette variante parce qu'elle est critique à l'égard de la culture des aliments utilisés pour la production d'autres biens. De tels processus, comme c'est le cas pour les agros carburants, peuvent entraîner une flambée des prix des denrées alimentaires, en particulier dans les pays du Sud et, en même temps, nuire à l'environnement.

Nous examinons constamment des alternatives valables?
Depuis le début de l'année 2019, la réglementation de La Poste Suisse sur l'emballage des magazines s'assouplit sous la pression des organisations environnementales. C'est la raison pour laquelle, en collaboration avec un représentant de La Poste Suisse, nous avons vérifié la possibilité d’un envoi dit ouvert de notre magazine « rara » (c'est-à-dire l'envoi sans aucun emballage). Résultat : En principe, cela serait possible pour notre magazine. Cependant, comme nous sommes une organisation qui dépend des dons, nous joignons un appel aux dons (lettre personnalisée avec bulletin de versement) à l'envoi de notre magazine et nous ne voulons pas l'envoyer dans des envois séparés pour le moment (ce qui entraînerait des coûts et du CO2 supplémentaires) nous avons donc besoin d'emballages. Dans notre analyse de l’écobilan (voir ci-dessus), l'emballage en polyéthylène est plus performant que l'enveloppe.?

Situation actuelle de ProSpecieRara (avril 2019)
Sur la base des recherches dont nous disposons, nous avons décidé d'envoyer notre magazine « rara » sous film plastique jusqu'à nouvel avis. Le film de protection en polyéthylène utilisé a actuellement le meilleur écobilan en raison de sa faible consommation de matière.

L’équipe ProSpecieRara