Canard de Poméranie

Les effectifs du canard de Poméranie sont réduits. Rares sont les éleveurs, en Suisse et en Allemagne, à avoir opté pour cette race ancienne, pourtant plaisante à voir et pleine d’atouts.

Autrefois, il était également appelé canard de Suède (« Schwedenente »), car jusqu'en 1815, la Poméranie occidentale, où la race était principalement élevée, faisait partie de la Suède – mais c’est désormais la dénomination canard de Poméranie qui a prévalu. La race a été obtenue dès le XVIIIème siècle à partir de plusieurs races noires et grises de motif identique. Réputée depuis toujours pour sa capacité de ponte et pour sa chair tendre, elle a depuis 1920 commencé à être élevée et appréciée également en Suisse. Malheureusement ses effectifs ont beaucoup diminué depuis ; tant dans sa région d’origine qu’en Suisse, rares sont désormais les éleveurs à s’engager pour sa sauvegarde. Et pourtant ce canard est plaisant à voir, et, qui plus est, c’est un animal de rente intéressant et facile à détenir. 

Un jabot et deux coloris
Race campagnarde, locale, le canard de Poméranie possède une constitution bien charpentée et un port horizontal. Son cou est modérément long et peu incurvé. Malgré sa taille, ce canard n’est pas lourdaud. Il a une élégance qui lui est propre et qu’il doit entre autres à son motif distinctif, un jabot blanc typique de la race. Il existe deux coloris officiels : une souche au noir profond, avec des cuisses foncées à noires ; et une souche grise (dite bleue dans le jargon des éleveurs), avec des cuisses tachetées rougeâtres. Comme dans la plupart des races de canards, on distingue aisément le mâle et la femelle : le mâle a le bec plus clair, vert olive, et une boucle caudale, alors que la cane a le bec plus foncé, de teinte ardoise à noire. Les deux sexes ont un onglet terminal noir.

Jusqu’à 100 œufs par an
Si les conditions météorologiques le permettent, la cane se met à pondre dès le mois de mars, et elle est capable, jusqu’en juillet, de pondre bien 100 œufs, une performance remarquable. Elle a la réputation d’être une excellente couveuse, d’une grande fiabilité, et de produire des jeunes canards très résistants. Ils grandissent vite, se couvrent rapidement de plumes et atteignent leur taille d’adulte au bout de 4-5 mois déjà. L’âge optimal pour l’abattage se situe autour de 5-6 mois, ne serait-ce que parce qu’à cet âge, la mue facilite la plumaison. Le canard de Poméranie est très apprécié pour sa chair tendre. Mais les gourmets recherchent également ses œufs savoureux, qui pèsent env. 70 g. Ces volatiles rares ont encore un autre avantage : ils libèrent les jardins de leurs escargots, qu’ils ont pour passe-temps de chercher. La détention du canard de Poméranie ne présente aucune difficulté car celui-ci est accoutumé à un climat rude. Cependant il a besoin de suffisamment de place et de pouvoir nager dans des eaux propres.

Evolution des effectifs

  • en augmentation

Utilisation

  • production d'oeufs
  • production de viande

Objectifs d'élevage

  • forme & couleur 
  • bonne rentabilité (oeufs et viande)

Caractéristiques de la race :

Poids
Femelle : 2.3 – 2.7 kg
Mâle : ca. 3 kg

Organisation partenaire

L'Association des éleveurs de volailles menacées (AEVM) coordonne l'élevage des canards de Poméranie et organise l'élevage au niveau national. 

Association des éleveurs de volailles menacées (AEVM)
Présidente:
Astrid Spiri
Bühlstrasse 26
9217 Neukirch a. d. Thur
tél. 071 642 48 11 (lundi toute la journée), astrid.spiri(at)zun-schweiz.ch
www.zun-schweiz.ch

Contact Suisse romande de l'AEVM:
Isabelle Badan, isabelle.badan(at)zun-schweiz.ch

Entremise animale

Recherches et offres de canards de Poméranie sur: 
www.animaux-rares.ch