Détenir et élever des lapins

Alors qu’on les utilisait autrefois pour produire un maximum de viande dans un espace restreint, on s’efforce aujourd’hui de garder les lapins en respectant davantage leur bien-être. Avec à la clé des animaux heureux et en bonne santé !

Le lapin est un animal sociable, qui ne doit pas être détenu seul. Les animaux d’élevage vivent généralement jusqu’à l’âge de 7 ou 8 ans. Si l’on veut éviter une reproduction incontrôlée, il faut savoir que la maturité sexuelle des lapines est atteinte vers 8 à 10 semaines déjà ; c’est donc à cet âge au plus tard qu’il faut séparer les genres ou stériliser les animaux.

La Protection suisse des animaux recommande de garder les lapins en plein air, afin de respecter au mieux leurs besoins naturels. L’enclos doit présenter une surface de 6 m2et une hauteur de 70 cm au minimum, pour 2 à 4 animaux – mais il faudrait si possible que les lapins soient hébergés dans des espaces plus grands. La clôture doit être installée de sorte à empêcher l’accès des prédateurs. L’enclos peut ainsi être couvert, ou protégé par des câbles électriques (idéalement, deux câbles à l’extérieur : un à environ 15 cm du sol, et l’autre le long du bord supérieur de la grille). Cela présente l’avantage de pouvoir laisser les animaux à l’extérieur 24h sur 24, ce qui convient bien à cet animal surtout actif à l’aube et au crépuscule.
Les mailles du grillage doivent être assez petites pour que les petits prédateurs ne puissent pas s’y faufiler. Le mieux est d’installer un grillage fin carré ou hexagonal, aux mailles inférieures à 2,5 cm, soit que l’on enterre à 50 cm de profondeur, soit que l’on pose avec un « ourlet » à plat au sol, côté intérieur, fixé solidement avec des sardines par exemple. S’il s’agit d’un grand enclos avec de l’herbe, la végétation pousse à travers le grillage, ce qui le rend invisible. Les lapins sauvages creusent des galeries souterraines, et nos lapins domestiques gardés en plein air ont conservé cet instinct. La barrière, qu’elle soit fixée au sol ou enterrée, empêche les évasions inopinées. Les « projets immobiliers » entamés doivent toutefois être régulièrement comblés, car un réseau de terriers peut rapidement devenir très vaste, et les lapines finissent aussi par y mettre bas. Il devient alors quasiment impossible de garder la population sous contrôle.
Il est indispensable de prévoir un abri de grande taille, protégeant du vent et de la pluie, dans lequel les animaux puissent se retirer. Des espaces extérieurs constitués de dalles de pierre ou de caillebotis en bois, qui sèchent rapidement, sont volontiers utilisés comme zone de repos après des intempéries.

Si l’on souhaite garder ses lapins dans un clapier, on peut aménager un espace leur permettant de se déplacer en utilisant des box de taille supérieure aux minima légaux, avec des ouvertures entre les compartiments et des rampes entre les étages, et dotés de structures supplémentaires comme des tuyaux ou des tablettes. Dans tous les cas, il faut prévoir des box pour la mise bas, dans lesquels les lapines pourront construire leur nid. Les femelles n’allaitent souvent leurs petits qu’une fois par jour, et dans la nature se tiennent éloignées du nid le reste du temps. Si elle n’a pas de box séparé à disposition pour mettre bas, la lapine devra construire son nid dans son box, et se trouvera donc obligée de rester en permanence près de ses jeunes, ce qui n’est pas naturel pour elle. 

Pour plus d'informations

Si vous souhaitez faire partie du réseau de conservation avec vos animaux ou votre élevage, alors le mieux est de devenir membre des associations d’élevage respectives. Entre autres services, elles vous offrent une aide pour les questions concernant la détention et la reproduction des animaux et connaît bien les particularités des races. Vous trouverez les contacts des associations ProSpecieRara dans les portraits des races.


S'informer

Consanguinité

 

« Lignées »